Accueil Consommation d'eau Pékin face à une crise de l’eau demain ?

Pékin face à une crise de l’eau demain ?

152
0
SHARE

Pékin, la capitale Chinoise, une des villes à la plus forte croissance, se prépare sans doutes à une pénurie en eau. Bien que plus de 200 rivières et cours d’eau peuvent encore être trouvés sur les cartes officielles de Pékin, la triste réalité est que ces sources n’ont peu ou plus de débit… Des dizaines de réservoirs construits depuis les années 1950 ont tari. Trouver une source d’eau dans la ville est devenu impossible.

Il y a encore 30 ans, les habitants de Pékin considéraient les eaux souterraines comme une ressource inépuisable. Mais maintenant, les hydrogéologues avertissent sur cette baisse des réserves… Les nappes phréatiques diminuent, l’eau est pompée trop vite et ne peut se reconstituer. De plus, les eaux souterraines sont de plus en plus polluées.

Aujourd’hui, plus des deux-tiers du total de l’approvisionnement en eau provient des nappes souterraines. Le reste provient de l’eau de surface, des réservoirs et des rivières. Les deux plus grands réservoirs de la ville de Pékin, ceux de Miyun et de Guanting, contiennent désormais 10% de leur capacité de stockage.. Celui de Guanting est tellement pollué, qu’il n’est plus utilisé comme source d’eau potable depuis 1997 !

Le réservoir de Guantig – Crédit photo : life&love

Le rapport édité par Probe International « la crise de l’eau de Pékin : 1949 – JO 2008 » retrace l’histoire de l’eau à Pékin depuis 60 ans… d’une relative abondance d’eau à la crise de l’eau. Le rapport présente les principales réponses à apporter pour que l’eau circule toujours à Pékin.

Les données officielles de Pékin indiquent que la croissance démographique, le développement industriel et l’expansion de terres irriguées ont conduit à d’énormes augmentations de la consommation d’eau depuis 1949. Pendant ce temps, 25 années de sécheresse et la pollution des réservoirs de la ville ont contribué à la diminution régulière des ressources en eau disponibles. D’environ 1000 mètres cubes en 1949, les réserves par habitant sont aujourd’hui de moins de 230 mètres cubes.

Le rapport fait également valoir que la sécheresse et la rapide croissance de la demande ne sont pas les seuls facteurs à l’origine de la crise de l’eau. Les politiques de gestion de l’eau à court terme depuis 1949, ainsi que la promotion de la sur-utilisation des ressources en eau pourtant limitées ont conduit à la situation actuelle.

L’eau à Miyun, réserve naturelle de la ville de Pékin – Crédit photo : soprano.bj

La politique de Pékin de garantir l’approvisionnement en eau de la capitale à peu ou pas de frais pour les consommateurs (alors que les rivières et les réservoirs étaient à sec) a fait des ravages sur l’agriculture. Cette politique a encouragé le gaspillage par les entreprises industrielles et les consommateurs urbains.

Au cours des cinq dernières années, malgré des réserves d’eaux souterraines en voie d’épuisement, le Conseil d’Etat et les autorités de Pékin ont annoncé plusieurs politiques visant à garantir un approvisionnement en eau pour les Jeux olympiques 2008 et au-delà.

  • Réservoirs dans la province de Hebei • (2008)
  • et le Yangtze River, dans la province du Hubei (à partir de 2010);
  • restrictions sur les eaux de surface et des eaux souterraines en amont…
  • …pour augmenter le débit à Beijing;
  • extraction des eaux souterraines à des profondeurs de 1000 mètres ou plus

Bref il faut prendre de l’eau toujours plus loin au-delà de Pékin. Cet acheminement de longue distance est extrêmement coûteux et nuisible à l’environnement. Même si l’eau est détournée avec succès de la province de Hebei en 2008 et du fleuve Yangtze en 2010, les eaux souterraines de Pékin continueront à être la plus importante source d’eau de la ville… La municipalité souhaite continuer le pompage d’environ 3 milliards de mètres cubes d’eaux souterraines par an. La solution serait de réduire la demande grâce à des améliorations dans l’approvisionnement en eau et… des incitations économiques. Si le prix payé par les consommateurs était plus « juste » (car il est sous évalué), la consommation serait sans doutes moins importante.

Pour en savoir plus :

  • téléchargez le rapport, en anglais «  »la crise de l’eau de Pékin : 1949 – JO 2008 »
  • Consultez un article sur le cube d’eau à Pékin (nous y reviendrons)
  • Visitez la boutique Bien et Bio pour trouver des économiseurs d’eau

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here