Accueil Actualité de l'eau Eau à Paris : la distribution de l’eau gérée par la ville...

Eau à Paris : la distribution de l’eau gérée par la ville de Paris

73
0
SHARE

La gestion de l’eau en France suscite des questions, des interrogations chez le consommateur final. Deux grands groupes privés se partagent la distribution de l’eau en France (ils desservent 3 habitants sur 4). Mais cette domination n’est pas sans causer des problèmes… Le quasi duopole en place fait réfléchir, les marges bénéficiaires excessives, au détriment du consommateur seraient le quotidien. Face à cette situation qui a terme, peut mener à de lourdes oppositions, l’exemple de la ville de Paris est intéressant à suivre.

Les élus reprennent les choses en main
Le service de l’eau est une compétence des communes. Paris, sous Jacques Chirac, avait choisi de déléguer à une entreprise privée la gestion de l’eau. (Jacques Chirac avait privatisé la distribution de leau à Paris en 1984). Aujourd’hui, la ville reprend la main, et va gérer en direct son eau. Jusqu’à maintenant, Véolia s’occupait de la distribution de l’eau sur la rive droite de la ville de Paris et Suez, sur la rive gauche.

Les contrats de délégation arrivent à échéance dans beaucoup de collectivités locales.
Les rentes générées par ces contrats avec le privée pourrait bien être cassées dans plus d’une ville,e t pas seulement à Paris. La fin des contrats est une manière de mettre de la pression dans un secteur qui manque de concurrence. Le prix de l’eau va t-il baisser pour autant ? Bertrand Delanoë promet des tarifs stables. La ville de Paris attend une économie de 30 millions d’euros/an. Cet argent économisé ne le sera pas sur la facture des habitants, mais il sera réinjecté . La ville de Paris va réinvestir cet argent dans son réseau.

Comme le précise Emmanuel Kessler, dans son article, il n’y a pas de lien clair entre le mode de gestion de l’eau (public / privé) et le prix. Le fait que la ville de Paris gère son eau ne va pas soulager ni alourdir la facture, mais à l’avenir… il faut s’attendre à une hausse.

En effet, la France doit mettre aux normes ses stations de traitement des eaux usées. Les exigences de qualité de l’eau (face aux critiques passées) ont elles aussi un coût. Protection de l’environnement et exigence de sécurité poussent à des investissements lourds. Et paradoxe ultime, les économies d’eau poussent les opérateurs à facturer plus cher chaque m3 consommé (pour combler le manque à gagner lié aux économies d’énergie).

En ce qui concerne le cas précis de la ville de Paris, la hausse des prix a déjà été annoncée : « Le consommateur paiera plus car nous savons d’ores et déjà que le Syndicat intercommunal d’assainissement du plateau (Siap) va augmenter de 6% sa redevance. Mais la Ville s’engage elle à ne pas augmenter la part eau. L’usager continuera à payer 1 €, même s’il y a une hausse de l’inflation« . Il faut lire entre les lignes : l’eau en elle même ne va pas augmenter, c’est son traitement, assainissement, acheminement qui variera…

Crédit photo : danorbit.

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here